L’hypophyse, du grec ancien ‘hupofusis’ « excroissance par-dessous » ou glande pituitaire, est une petite glande de la taille d’un raisin, de 7 à 8 mm de diamètre; elle se situe à la base du cerveau. Elle est suspendue à une structure cérébrale, l’hypothalamus, par la tige pituitaire. L’hypophyse est formée de deux lobes :

  • Le lobe antérieur, ou adénohypophyse
  • Le lobe postérieur, ou neurohypophyse

Cette glande contrôle toutes les sécrétions hormonales de l’organisme que ce soit directement (comme la prolactine ou l’hormone de croissance qui sont fabriquées par l’hypophyse elle-même) ou en agissant sur d’autres glandes comme la thyroïde (hormones thyroïdiennes) ou les glandes surrénales (produisant la cortisone).

Les hormones sont des substances indispensables à la vie et participent à de nombreuses fonctions essentielles (croissance de l’enfant et de l’adolescent, grossesse, forme physique, température interne, adaptation et réaction au stress, aux émotions, aux agressions telle une infection, une maladie, une opération chirurgicale,…)

L’adénohypophyse sécrète six hormones

 

Nom de l’hormone

 

Organe cible / Actions

 

Hormone de croissance (GH) Stimule la croissance (surtout celle des os et des muscles et le métabolisme)
Prolactine (PRL) Glande mammaire / Stimule la production de lait
Hormone folliculo-stimulante (FSH) Ovaires et testicules / Stimule la production d’ovules et de spermatozoïdes
Hormome lutéinisante (LH) Ovaire et testicules / Stimule l’ovulation et production de testostérone
Thyréotrophine (TSH) Glande thyroïde / Stimule la production d’hormones thyroïdiennes
Corticotrophine (ACTH) Reins (cortex surrénal) / Stimule la sécrétion de glucocorticoïdes par le cortex surrénal

 

Quatre de ces hormones secrétées par l’anté-hypophyse (la FSH, la LH, la TSH et l’ACTH) sont des stimulines, c’est-à-dire qu’elles agissent sur leurs organes cibles, des glandes endocrines, et qu’elles les stimulent à produire à leur tour des hormones. La TSH par exemple, un fois libérée dans la circulation sanguine, va stimuler la thyroïde pour la sécrétion d’hormones thyroïdiennes.

A l’inverse, la GH et la PRL agissent sur des organes qui ne sont pas des glandes endocrines. La PRL agit par exemple directement sur la glande mammaire. Elle stimule et maintient la production de lait après l’accouchement.

 

La neurohypophyse libère deux hormones

 

Nom de l’hormone

 

Organe cible / Actions

 

Ocytocine Glandes mammaires et muscles de la paroi de l’utérus / Stimule la contraction de l’utérus lors de l’accouchement et le réflexe de la sécrétion de lait.
Hormone antidiurétique (ADH) Reins (tubules rénaux) / Favorise la réabsorption d’eau par les reins.

 

L’ocytocine et l’ADH sont fabriquées par l’hypothalamus. Elles sont ensuite transportées dans la neurohypophyse où elles sont stockées.

 

Régulation de la libération des hormones

 

Les hormones contrôlent leur propre libération en fonction de leur concentration dans le sang, c’est ce qu’on appelle un mécanisme de rétro-inhibition. Au fur et à mesure de leur production, elles augmentent dans le sang. L’hypophyse et l’hypothalamus sont  sensibles aux variations de concentrations de ces hormones. Si le taux est trop élevé, l’hypothalamus stoppe leur sécrétion en inhibant la sécrétion des hormones adénohypophysaires par l’action d’hormones d’inhibition. A l’inverse, leur production est stimulée par l’action d’hormones de libération de l’hypothalamus sur l’adénohypophyse.

La libération de l’ocytocine et de l’ADH par la neurohypophyse est déclenchée par un influx nerveux en provenance de l’hypothalamus.