Les kystes colloïdes sont de lésions kystiques arrondies, de quelques millimétres à plusieurs centimetres pour les plus gros, remplies de liquide et qui se forment dans le cerveau, généralement dans le troisième ventricule, une cavité profonde du cerveau ce qui rend leur ablation délicate. Ces kystes sphériques ont une coque fine et sont remplis d’une matière gélatineuse appelée colloïde. Ce contenu peut être très fluide ou être relativement epais.

Les kystes colloïdes sont toujours bénins. Ils ne sont pas considérés comme des tumeurs et ne sont pas cancéreux, ce qui signifie qu’ils ne se propagent pas et ne nécessitent pas de radiothérapie ou de chimiothérapie.
Par contre, les kystes colloïdes peuvent augmenter de taille au fil du temps.

 

Fréquence

Les kystes colloïdes sont très rares, et ne concernent que 3 personnes par million d’habitants, et bien qu’ils puissent être trouvés à tout âge, ils sont généralement diagnostiqués chez les adultes dans la trentaine et la quarantaine.

Ou se trouvent-ils ?

Ils se situent dans les ventricules cérébraux dans lesquels circulent le liquide céphalo-rachidien. Ils sont situés dans la grande majorité des cas dans le 3ème ventricule en regard des orifices qui font communiquer les ventricules lateraux droit et gauche avec le 3ème ventricule.

 

Comment se manifestent-ils ?

Du fait de cet emplacement de ces kystes dans le troisième ventricule, ils peuvent constituer un obstable à la circulation du liquide céphalo-rachidien d’un ventricule à l’autre.
Ils se manifestent donc le plus souvent par une dilatation des ventricules cérébraux lateraux en amont du kyste colloide.
Cette dilatation, appellée hydrocéphalie, apparait le plus souvent trés lentement.

Les symptômes sont le plus souvent d’apparition trés progressives :
– Céphalées
– troubles de la marche
– troubles du comportement
– troubles de la mémoire
– vision double

Les symptômes sont plus rarement beaucoup plus aiguë et grave, en cas de blocage de la circulation du liquide céphalo-rachidien. Il se developpe alors des signes d’hypertension intracranienne :
– Céphalées intenses
– nausées, vomissements
– somnolence, coma

Il s’agit parfois d’une urgence absolue.

 

Comment fait-on le diagnostic ?

Le diagnostic est fait à l’IRM cérébrale.

 

Traitement

Le traitement est chirurgical. Il s’agit de vider le kyste et idéalement d’enlever sa paroi afin de prévenir la récidive. L’objectif immédiat est de retablir la circulation du liquide céphalo-rachidien.
Il s’agit d’une chirurgie délicate necessitant une certaine expertise technique. Le kyste est enlevé à l’aide d’un microscope ou plus souvent à l’aide d’un endoscope: On introduit dans les ventricules un endoscope de quelques millimetres de diamétre connecté à une camera. Des outils sont introduits le long de l’endoscope pour progressivement vider et retirer le kyste.

Cependant, la plupart des kystes colloïdes peuvent être surveillés en toute sécurité indéfiniment plutôt que traités.
Les facteurs qui permettent de choisir entre observation ou ablation chirurgicale sont les symptômes, le degré de dilatation ventriculaire, la localisation exacte, la taille, l’age.